ACTU

Actualité


19/12/2017

Le concept de l'empowerment communautaire

En 1978, la Déclaration d'Alma-Ata révèle le point de départ d'une véritable prise de conscience dans l'urgence de réduire les inégalités sanitaires, notamment dans les pays en développement.
À son article 4, elle énonce que « tout être humain a le droit et le devoir de participer individuellement et collectivement à la planification et à la mise en œuvre des soins de santé qui lui sont destinés ».
En outre, elle met en place les « soins de santé primaire », soins de santé essentiels accessibles à tous les individus, dans un esprit d'autoresponsabilisation et d'autodétermination.

Ainsi, la lutte par la population pour revendiquer des droits est un contre pouvoir considérable  : on parle « d'empowerement communautaire ». L'ONG UJPOD est très attaché à ce concept d'empowerment communautaire et l'érige comme l'une de ses valeurs fondamentales. Il s’agit de considérer que les gens soignés par notre ONG sont titulaires d'un véritable « droit à la santé », et qu'ils peuvent revendiquer ce droit. Cette stratégie vise un changement durable, en mettant l'accent sur le potentiel de la population à dépasser son éventuelle dépendance vis-à -vis de l'aide.

Pourquoi parler de « titulaire » de droit, plutôt que de bénéficiaire, ou de patient ? Le titulaire est celui qui possède juridiquement un droit et qui peut donc revendiquer ce droit en cas d'inapplication, en l'occurence son droit à la santé.


Que signifie concrètement un « droit à la santé » ?

Le droit à la santé ne signifie pas le « droit de ne pas tomber malade », ce qui serait concrètement irréalisable. La santé est un état dépendant de facteurs nombreux, et notamment de l'environnement dans lequel nous vivons.

La définition de la santé retenue est celle du Paragraphe 11 de l'Observation générale n°14 (2000) des Nations-Unies, précisant que le droit à la santé est interprété comme un « droit global, dans le champ duquel entrent non seulement la prestation de soins de santé appropriés en temps opportun, mais aussi les facteurs fondamentaux déterminants de la santé, tels que l'accès à l'eau salubre et potable et à des moyens adéquats d'assainissement, l'accès à une quantité suffisante d'aliments sains, la nutrition et le logement, l'hygiène du travail et du milieu et l'accès à l'éducation et à l'information relatives à la santé, notamment la santé sexuelle et génésique. Un autre aspect important est la participation de la population à la prise de toutes les décisions en matière de santé aux niveaux communautaire, national et international ».

Ces énumérations sont révélatrices des droits que chaque individu peut revendiquer aux États, garants de la santé de leur population. Cela nécessite donc de leur part des investissements visant des actions de prévention sanitaire, tout autant que des mesures sanitaires et sociales appropriées.

Si les notions d’empowerment dans le domaine du droit de la santé vous intéressent, nous vous renvoyions vers un document qui a été très utile à l’ONG UJPOD dans son travail: Empowerment, tous ensemble pour la santé


01/11/2017

Togodeviwo

L’ONG UJPOD a opté pour la mise en place d’un dispensaire fournissant à prix coûtant des soins de santé primaire pour les enfants(0-12 ans). Ce dispensaire offrira la possibilité d’un accès à des soins gratuits ou à moindre coûts(à définir après l’étude de faisabilité) pour les affiliés à sa micro-mutuelle. Enfin grâce à la communauté créée autour de la micro-mutuelle,un système de promotion de la santé (mentale et somatique) sera mis en place. Vous souhaitez suivre ce projet au jour le jour? Découvrez le blog consacre a ce projet !